Historique de l’ergothérapie

Historique de l’ergothérapie

Terrebonne • Lachenaie • La Plaine

L’ergothérapie commence au début des années 1910

L’ergothérapie a été mise sur pieds au début des années 1910 comme un reflet de l’ère progressiste. Les premiers professionnels ont fusionné des idéaux hautement valorisés, comme une éthique de travail solide et l’importance de façonner de ses propres mains des principes scientifiques et médicaux (1). La Société nationale pour la promotion de l’ergothérapie, maintenant appelée American Occupational Therapy Association (AOTA), a été fondée en 1917 et la profession de l’ergothérapie a été officiellement nommée en 1921 (2). L’ergothérapie durant la Première Guerre mondiale : les blessés alités tricotent.

L’émergence de l’ergothérapie a remis en question les points de vue de la médecine scientifique traditionnelle. Au lieu de se concentrer uniquement sur le modèle médical, les ergothérapeutes ont soutenu qu’une combinaison complexe de raisons sociales, économiques et biologiques causait un dysfonctionnement. Les principes et les techniques ont été empruntés à de nombreuses disciplines — y compris, mais sans s’y limiter, la physiothérapie, les soins infirmiers, la psychiatrie, la réadaptation, l’entraide, l’orthopédie et le travail social — pour enrichir la portée de la profession. Entre 1900 et 1930, les fondateurs définissent le domaine de la pratique et développent des théories de soutien. Au début des années 1930, l’AOTA avait établi des directives pédagogiques et des procédures d’accréditation (3).

Ergothérapie

Rôle dans le domaine médical

La Première Guerre mondiale a forcé la nouvelle profession à clarifier son rôle dans le domaine médical et à standardiser la formation et la pratique. En plus de clarifier son image publique, l’ergothérapie a également établi des cliniques, des ateliers et des écoles de formation à l’échelle internationale. En raison du nombre écrasant de blessures subies en temps de guerre, des « aides à la reconstruction » (terme générique désignant les aides en ergothérapie et les aides en physiothérapie) ont été recrutées par le médecin-chef. Entre 1917 et 1920, près de 148 000 hommes blessés ont été placés dans des hôpitaux à leur retour aux États.

Le succès des aides à la reconstruction, composées en grande partie de femmes essayant de « faire leur part » pour aider à l’effort de guerre, fut un grand accomplissement (4). Il y avait une lutte pour garder les gens dans la profession pendant les années d’après-guerre. L’accent a été déplacé de la mentalité altruiste de temps de guerre vers la satisfaction financière, professionnelle et personnelle associée au fait d’être thérapeute. Pour rendre la profession plus attrayante, la pratique était standardisée, tout comme le programme d’études. Des critères d’entrée et de sortie ont été établis et l’American Occupational Therapy Association a plaidé pour un emploi stable, des salaires décents et des conditions de travail équitables. Grâce à ces méthodes, l’ergothérapie a cherché et obtenu une légitimité médicale dans les années 1920. La profession a continué de croître et d’élargir sa portée et ses paramètres de pratique. La science du travail, l’étude de la profession, a été créé en 1989 comme outil de recherche factuelle pour soutenir et faire progresser la pratique de l’ergothérapie, et offrir une science fondamentale pour étudier les sujets entourant la « profession » (5)

Références obtenues sur : https://en.wikipedia.org/wiki/Occupational_therapy#Development_into_a_health_profession

  1. Quiroga, Virginia A. M., PhD (1995), Occupational Therapy: The First 30 Years, 1900–1930. Bethesda, Maryland: American Occupational Therapy Association, Inc. ISBN 978-1-56900-025-0
  2. www.aota.org. Retrieved 2018-07-25.
  3.  Colman, W. (1 January 1992). « Maintaining Autonomy: The Struggle Between Occupational Therapy and Physical Medicine ». American Journal of Occupational Therapy. 46 (1): 63–70. doi:10.5014/ajot.46.1.63.
  4. Gordon, Don (2009). Willard & Spackman’s Occupational Therapy. Baltimore, MD: Lippincott Williams & Wilkins. p. 210. ISBN 978-0-7817-6004-1.
  5. Yerxa, E., Clark, F., Jackson, J., Pierce, D., & Zemke, R. (1989). An introduction to occupational science, A foundation for occupational therapy in the 21st century. Haworth Press.